TwitterFacebook

Côte d’Ivoire: Démission du Premier ministre et du gouvernement

Le remaniement était attendu après les élections législatives de décembre, lors desquelles Daniel Kablan Duncan, qui se présentait pour la première fois, a été élu dans sa circonscription de Grand-Bassam
_Le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a accepté, lundi 9 janvier, la démission du Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, et de son gouvernement, près d’un mois après la tenue des législatives remportées par la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire.
«En attendant la nomination d’un nouveau Premier ministre et la mise en place d’un gouvernement, le Premier ministre et les membres du gouvernement sortants sont chargés d’expédier les affaires courantes», annonce la présidence ivoirienne dans un communiqué.
Daniel Kablan Duncan, qui se présentait pour la première fois, a été élu dans sa circonscription de Grand-Bassam aux législatives du 18 décembre. Il a ainsi expliqué sa démission par «l’incompatibilité d’être membre du gouvernement et d’être présent à l’Assemblée nationale».
«Selon une pratique politique de longue date, à la séance inaugurale de l’Assemblée nationale (lundi), tous les députés doivent participer à cette session, y compris, bien sûr, les membres du gouvernement», a-t-il poursuivi. Cette démission n’a donc pas de rapport avec la mutinerie de soldats réclamant une amélioration de leurs conditions.
Le Président Alassane Ouattara a également signé deux autres décrets mettant fin aux fonctions des ministres d’état et des ministres à la présidence de la République, des postes jusqu’ici occupés par le secrétaire général de la présidence Amadou Gon Coulibaly et Ibrahima Tené Ouattara, le frère cadet du Président ivoirien.
MAJORITÉ
La coalition soutenant le Président, Alassane Ouattara, a obtenu la majorité avec 167 sièges du Parlement ivoirien sur 254, lors des élections législatives du 18 décembre. Ces législatives ont été les premières élections à se tenir sous la IIIe République ivoirienne, après l’adoption d’une nouvelle Constitution en octobre à l’initiative du Président Ouattara, réélu un an auparavant pour un deuxième et dernier mandat.
Dans ce scrutin à tour unique, la coalition présidentielle visait la majorité absolue, même si elle a dû faire face à de nombreuses candidatures dissidentes et à une opposition. Cette dernière, qui avait boycotté les précédentes législatives de 2011, espérait faire son retour au Parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Actualité

Électricité: La fin du délestage passera par l’énergie solaire

20 Jan 2017

Électricité: La fin du délestage passera par l’énergie solaire

Le Président de la République et le vice-président de la Banque mondiale en charge de…

EAU: Ikopa prend de la hauteur

20 Jan 2017

EAU: Ikopa prend de la hauteur

Opération réussie pour la Jirama et le ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène.…

DÉVELOPPEMENT RURAL: 16.000 foyers adoptent l’approche Seikatsu Kaizen

20 Jan 2017

DÉVELOPPEMENT RURAL: 16.000 foyers adoptent l’approche Seikatsu Kaizen

De plus en plus d’intéressés. Si en 2007, seuls 61 ménages de Bongolava ont adopté…

JIRAMA: Des limogeages en série

20 Jan 2017

JIRAMA: Des limogeages en série

Tard dans la soirée, hier, l’on a appris des restructurations d’envergure au niveau de la…