TwitterFacebook

Développement harmonieux: L’État passe à la vitesse supérieure

Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a donné le ton. Il est temps pour Madagascar de se mettre à fond pour son développement harmonieux
_Passer à la vitesse supérieure. Toutes les conditions sont remplies pour permettre à Madagascar de prendre son envol vers le développement harmonieux. La confiance des bailleurs de fonds et des investisseurs a pu mettre en marche des projets que l’État malgache a déjà entamés, et qu’il ne va plus tarder à concrétiser très prochainement. D’ailleurs, il ne s’agit plus ici de simples intentions mais des projets dont l’État dispose les moyens pour les réaliser, comme l’a si bien souligné hier le Président de la République Hery Rajaonarimampianina, durant la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha. Sur cette lancée, trois secteurs vont être priorisés à savoir, l’énergie, les voies de communication et l’industrie. Le but étant d’améliorer le niveau de vie de la population malgache.
«C’est tout un travail qui nous attend. Nous avons déjà commencé et nous allons continuer à parfaire ce que nous avons accompli. Car ce qui nous importe, c’est de bâtir des œuvres qui dureront mais dont leurs réalisations sont bien ordonnées et transparentes. Cette qualité de travail nécessite une prise de décision ferme pour que la population soit la première bénéficiaire de nos initiatives», a-t-il souligné en marge de cet événement.
Aussi, dans le secteur de l’énergie, l’État s’est déjà lancé dans l’exploitation des énergies renouvelables pour pallier au problème de l’électrification à Madagascar. Plusieurs projets sont actuellement en cours, pour ne citer que la construction de nouvelles centrales hydrauliques comme celle de Volobe qui serait capable de produire 90 MW, sinon la centrale photovoltaïque pouvant produire 20 MW que le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a eu l’honneur d’inaugurer à Ambatolampy. Des initiatives qui vont certainement s’étendre, comme l’a rassuré le chef de l’État. Plusieurs projets sont aussi en cours pour l’électrification rurale, à l’instar de la nouvelle centrale hydroélectrique qui produira 13 MW pour les communes rurales de la région SAVA.
«Le but est de trouver des solutions qui peuvent résoudre le problème de la Jirama et d’éviter ainsi des dépenses qui pourraient être investies dans d’autres secteurs. Nous nous sommes déjà lancés dans ces projets que nous nous efforçons de renforcer dans le secteur énergétique. Et c’est tout en exploitant notre capital naturel qui était auparavant sous-exploité que nous allons y parvenir. Force est de constater que plusieurs bailleurs de fonds ont déjà manifesté leurs intérêts à s’y investir», s’est ravi le chef de l’État.
Défi à relever
Voulant apporter son aide aux agriculteurs dans l’acheminement de leurs produits et contribuer ainsi à la promotion de l’économie malgache, l’État a mis la main dans la pâte dans l’édification de plusieurs infrastructures, notamment la construction et l’amélioration des voies de desserte.
En effet, L’État se lance dans la construction de routes stratégiques, l’extension d’aéroport comme celui d’Antsirabe et des ports comme ceux de Toamasina ou de Toliara. Des grands projets débuteront cette année, comme la réhabilitation de la route Ambilobe-Vohémar que le Président Hery Rajaonarimampianina lui-même, se fixe aujourd’hui comme défi à relever.
«Le but, c’est de permettre aux agriculteurs et opérateurs d’acheminer leurs produits. Ceci rendra effectif notre ambition de devenir le grenier de l’océan Indien. D’ailleurs, plusieurs marchés s’ouvrent à nous. Ceci permettra aussi un déplacement fluide pour toute la population», a-t-il souligné.
Mais le Président de la République n’a pas manqué de rappeler sa volonté d’appuyer le secteur privé dans la création d’entreprises et ce, en jouant son rôle de facilitateur. D’ailleurs, les bailleurs de fonds sont déjà prêts à financer le secteur de l’industrie malgache, si on ne cite que les apports de la Banque mondiale, de l’Union européenne ou encore de la BAD. L’installation des Zones économiques spéciales va générer prochainement des emplois, notamment pour les jeunes, et cela améliorera à coup sûr le niveau de vie de la population.
«Il est clair que nous ne pouvons pas mettre sur pied un grand projet en une seule journée. Surtout que ceci relève de la volonté de tout un chacun. La réalisation de ces projets ne saurait se faire dans un climat de tension. Aussi, j’appelle toutes les parties prenantes à penser à l’intérêt de la population», a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Actualité

Électricité: La fin du délestage passera par l’énergie solaire

20 Jan 2017

Électricité: La fin du délestage passera par l’énergie solaire

Le Président de la République et le vice-président de la Banque mondiale en charge de…

EAU: Ikopa prend de la hauteur

20 Jan 2017

EAU: Ikopa prend de la hauteur

Opération réussie pour la Jirama et le ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène.…

DÉVELOPPEMENT RURAL: 16.000 foyers adoptent l’approche Seikatsu Kaizen

20 Jan 2017

DÉVELOPPEMENT RURAL: 16.000 foyers adoptent l’approche Seikatsu Kaizen

De plus en plus d’intéressés. Si en 2007, seuls 61 ménages de Bongolava ont adopté…

JIRAMA: Des limogeages en série

20 Jan 2017

JIRAMA: Des limogeages en série

Tard dans la soirée, hier, l’on a appris des restructurations d’envergure au niveau de la…